Comprendre le système de retraite en Suisse

 
 

Chaque résident ou salarié en Suisse doit obligatoirement cotiser pour la retraite, qui est fixée à 64 ans pour les femmes et 65 ans pour les hommes. Le système de prévoyance suisse repose sur 3 piliers. Chacun fonctionne de manière distincte et couvre des besoins différents.

 

Infographie-retraiteVoir l’infographie 

 

1er pilier

Communément appelé AVS (Assurance Vieillesse et Survivants), il s’agit de la prévoyance étatique qui vise à couvrir les besoins vitaux de l’assuré, non seulement à la retraite, mais aussi en cas d’invalidité suite à un accident (AI). C’est également le 1er pilier qui assure une rente aux survivants en cas de décès.

Le 1er pilier est financé par les assurés, leurs employeurs, la Confédération et les cantons. L’employé se voit déduire le montant directement sur son salaire. Il s’agit d’un système solidaire de répartition dont les cotisations actuelles financent les rentes des retraités d’aujourd’hui (solidarité intergénérationnelle). La rente perçue dépend du nombre d’années de cotisation et du revenu moyen annuel déterminant.

 Plus d’informations sur le 1er pilier

 

 

2e pilier

La prévoyance professionnelle est également financée à la fois par l’employeur et l’employé, avec un prélèvement effectué directement sur le salaire. Le taux de cotisation du salarié est fixé par la loi, mais les entreprises peuvent de leur côté proposer, à leur charge, des cotisations supérieures.

Le 2e pilier constitue un capital qui assure le maintien du niveau de vie habituel à la retraite, pour un salaire annuel allant jusqu’à CHF 84’240.-. Au-delà de cette somme, le taux de couverture baisse et une lacune de prévoyance se crée. C’est pourquoi il peut être intéressant de souscrire un 3e pilier en complément.

Il est possible de retirer le capital du 2e pilier avant l’âge de la retraite, dans le cas de l’acquisition d’un bien immobilier en tant que résidence principale, de départ définitif du pays ou pour lancer sa propre affaire.

 Plus d’informations sur le 2e pilier

 

 

3e pilier

Prévoyance privée et volontaire, le 3e pilier complète les 1er et 2e piliers en assurant des ressources financières complémentaires sous forme de capital. Il vise à combler les lacunes de la prévoyance obligatoire et peut se souscrire auprès d’une banque ou d’une assurance suisse.

Il existe deux sortes de 3e pilier.

 

3e pilier A

Le pilier 3a est dit lié car il ne peut être retiré qu’à certaines conditions : acquisition ou construction d’un logement principal, départ définitif de la Suisse, changement d’activité lucrative indépendante ou établissement à son compte.

Pour les frontaliers de Genève et Argovie, imposés à la source, les montants des cotisations sont déductibles des impôts dans la limite d’un plafond annuel, revu tous les deux ans par l’Office Fédéral des Assurances Sociales (OFAS). Pour l’année 2015, le montant maximal déductible est de CHF 6’768.- pour un salarié et de 20% de son revenu annuel (avec une limite de CHF 33’840.-) pour un indépendant.

De plus, le capital du pilier 3a et ses intérêts sont exonérés d’impôts pendant la durée du contrat. A l’échéance, lors du retrait, le capital est imposé à un taux préférentiel.

 

3e pilier b

Le pilier 3b bénéficie de plus de liberté dans la durée contractuelle et le montant des versements, c’est pourquoi il est dit libre. Cependant, il apporte moins d’avantages fiscaux que le pilier 3a.

 

En savoir plus sur l’imposition du 3e pilier

 

 

Bilan de prévoyance personnalisé

En moyenne, il est estimé que les rentes du 1er et 2e pilier ne représentent que 60% du dernier salaire perçu avant la retraite. De ce fait, selon vos attentes et vos projets pour la retraite, un 3e pilier vous permettra d’assurer les revenus complémentaires nécessaires.

N’hésitez pas à établir un bilan de prévoyance personnalisé, afin d’estimer votre manque de revenus à la retraite.