Salaires en Suisse

Le niveau de salaire apparaît souvent comme la première motivation qui pousse les frontaliers à travailler en Suisse.

Mais quel est réellement l’écart salarial entre la France et la Suisse ? Combien pouvez-vous demander pour un poste ? Existe-t-il une différence de traitement entre les frontaliers et les Suisses ? Quels autres éléments faut-il prendre en compte ?

 

 

Salaires en Suisse

© goldencow_images | Fotolia

 

 

Différence de salaire entre la France et la Suisse

Bien qu’il n’existe pas de revenu minimal en Suisse, les salaires y sont généralement plus élevés que dans le reste de l’Europe.

A combien s’élève cette différence avec la France ?

 

Salaire annuel net moyen en 2014 pour un célibataire sans enfants1 :

 France  26’687 €

Suisse     61’571 €

 

Travailler en Suisse permet donc, en moyenne, de gagner plus du double qu’en France. Cependant, l’écart peut être plus ou moins fort, selon le secteur d’activité concerné, votre niveau d’expérience ou encore la taille de l’entreprise.

 

 

Calculateur de salaire suisse

Calculateur de salaire suisse

© Comugnero Silvana| Fotolia

Si vous venez d’arriver sur le marché de l’emploi suisse ou si vous changez de branche d’activité, il peut vous sembler difficile d’estimer le salaire que vous allez toucher.

 

Salaires dans le secteur privé suisse

La Confédération suisse met à disposition un calculateur de salaire mensuel brut pour un poste de travail spécifique tenant compte de critères tels que la région, la branche de travail, etc. ainsi que de caractéristiques individuelles (âge, formation, expérience…).

 

 

Attention cependant, le résultat du calculateur n’est pas à prendre comme une recommandation salariale, mais seulement comme un indicateur. Par exemple, les chiffres obtenus pour le secteur bancaire sont biaisés par les salaires pratiqués dans les banques privées et vous risquez de demander une rémunération trop élevée si vous postulez dans une banque de détail.

Calculer votre salaire en Suisse

 

 

Salaires dans le secteur public suisse

Les salaires dans le secteur public sont généralement soumis à une échelle de traitement dont l’indication figure sur l’offre d’emploi. Vous pouvez ainsi facilement vous rendre sur le site de l’institution concernée pour voir à quel montant correspond la classe salariale indiquée.

Voir un exemple

 

 

Les salaires suisses peuvent beaucoup varier en fonction des régions et des professions concernées. Vous trouverez un aperçu assez complet de ces différences dans le guide des salaires publié par le magazine l’Illustré.

Voir le guide des salaires suisses

 

 

 

Différence de traitement des frontaliers

Le salaire peut-il également varier en fonction de la nationalité ?

Les frontaliers sont-ils moins bien payés que les Suisses ? Oui… et non !

D’après une enquête suisse2, en 2014 le salaire mensuel médian d’un emploi à plein temps était globalement plus élevé pour les employés de nationalité suisse (CHF 6’443.-) que pour les employés étrangers (CHF 5’730.-), tous types de permis de travail confondus.

Néanmoins, en ce qui concerne les postes à haut niveau de responsabilité, la tendance s’inverse. Les cadres supérieurs et moyens frontaliers gagnent CHF 10’293.-, contre CHF 9’732.- pour les Suisses.

 

 

Implications d’un salaire plus élevé

Implications d'un salaire plus élevé

© seba| Fotolia

Travailler en Suisse et devenir frontalier vous permettra certes de toucher un salaire plus élevé qu’en France, mais n’oubliez pas de prendre en compte certaines implications.

 

Coût de la vie

Si les salaires en Suisse sont plus élevés, c’est aussi parce que le coût de la vie y est plus élevé. En tant que frontalier, certaines de vos dépenses s’en trouveront affectées (transports, repas de midi, loisirs…).

En savoir plus sur le budget des frontaliers

 

Imposition

Le système d’imposition des frontaliers varie en fonction du lieu de travail en Suisse. Renseignez-vous sur votre mode d’imposition, afin de pouvoir estimer le montant dû et calculer votre restant à vivre.

En savoir plus sur les impôts des frontaliers

 

 

Charges sociales

Les charges sociales en Suisse varient de 13% à 17%3, notamment en fonction de l’âge du salarié. Pour la France, elles se montent 25%4.

En revanche, l’assurance maladie est totalement à charge du salarié suisse et elle représente un poste de dépense important, qu’il s’agisse de la LAMal ou de la CMU.

En savoir plus sur l’assurance maladie des frontaliers

 

 

 

 

Pour résumer, si le niveau de salaire est effectivement l’un des plus gros avantages du statut de frontalier, il faut tout de même prendre le temps de se renseigner plus précisément sur les spécificités de la région et du secteur visé, ainsi que sur toutes les implications qui découlent d’un revenu plus élevé.

 

 


1 Source : eurostat
2 Source : Office fédéral de la statistique
3 Source : Office fédéral des assurances sociales
4 Source : www.lefigaro.fr

 

Les liens contenus dans cet article permettent d’accéder à des sites web tiers. Ils sont mentionnés à titre informatif exclusivement et n’ont pas pour objectif la souscription de produits proposés par le Crédit Agricole, qui n’entretient aucun lien commercial avec les propriétaires des sites en question.