5 étapes incontournables pour s’installer en Suisse

Publié le : 16-05-2017

Lassé des passages de douane quotidiens, vous envisagez de déménager en Suisse ? Voici 5 démarches administratives indispensables à votre installation.

 

Installation en Suisse

© shefkate | Fotolia

  

MODIFICATION DU PERMIS DE TRAVAIL

Si vous décidez de vous installer en Suisse, votre permis de travail frontalier (permis G) ne sera plus valable. Il vous faudra faire la demande d’un permis d’autorisation de séjour pour étrangers (permis B).

Adressez-vous à votre employeur pour connaître la marche à suivre ou renseignez-vous auprès des autorités cantonales.

 

Liste des autorités cantonales des migrations et de l’emploi

 

 

DÉCLARATION D’ARRIVÉE

Le délai peut varier selon les cantons, mais votre installation en Suisse doit généralement faire l’objet d’une annonce officielle dans les 14 jours suivant votre arrivée. L’annonce est à effectuer auprès de votre commune d’habitation.

 

 

 

ADAPTATION DES MOYENS DE PAIEMENT

En tant que frontalier, vous possédez certainement déjà un compte bancaire suisse pour percevoir votre salaire, sans pour autant en utiliser toutes les options. Ce compte (ou un autre compte en Suisse) deviendra votre compte principal pour vos opérations bancaires quotidiennes.

Si vous ne possédez pas encore de carte de paiement suisse (carte de débit et/ou carte de crédit), pensez à en faire la demande. En effet, bien que votre carte bleue puisse être utilisée en Suisse, elle engendre des coûts liés au taux de change et des frais de conversion inutiles.

 

En savoir plus sur les cartes de paiement en Suisse

 

Afin de régler vos factures plus rapidement et plus simplement, utilisez l’e-banking de votre banque en Suisse. Il vous permettra également transférer des euros en France en cas de besoin.

 

 

 

CHOIX D’UNE ASSURANCE MALADIE

Si vous êtes assurés à la CMU, vous disposerez d’un délai de 3 mois à compter de votre installation en Suisse pour choisir une compagnie d’assurance.

Le système d’assurance maladie en Suisse est individuel. Chaque membre de votre famille devra donc également souscrire une assurance, y compris les enfants.

 

L’assurance maladie de base (LAMal) est obligatoire et, bien que les prestations soient identiques chez tous les assureurs, le montant des primes diffère, selon des critères tels que l’âge, le modèle d’assurance, le montant de la franchise, etc.

 

En savoir plus sur la LAMal

 

L’assurance complémentaire (LCA) est facultative, mais elle permet de bénéficier d’une couverture plus étendue et de plus d’options.

Attention cependant, car la souscription d’une assurance complémentaire peut-être soumise à des conditions liées à votre état de santé. Vous devrez remplir un questionnaire de santé, sur la base duquel vous serez accepté ou non, avec d’éventuelles restrictions.

 

En savoir plus sur l’assurance complémentaire

 

L’assurance accident est prise en charge par l’employeur. Dès 8h de travail par semaine, vous pouvez exclure cette option de l’assurance de base (LAMal).

 

En savoir plus sur la couverture accident

 

 

IMPOSITION

N’oubliez pas de signaler votre nouvelle situation fiscale en France, afin d’éviter une double imposition.

En Suisse, les travailleurs étrangers sont généralement soumis à l’impôt à la source, comme c’est déjà le cas des frontaliers dans certains cantons.

Vous pouvez vous rendre sur le site de votre administration fiscale cantonale, afin de calculer le montant de l’impôt à payer.

 

Liste des Administrations cantonales des contributions

 

 

 


Les liens contenus dans cet article permettent d’accéder à des sites web tiers. Ils sont mentionnés à titre informatif exclusivement et n’ont pas pour objectif la souscription de produits proposés par le Crédit Agricole, qui n’entretient aucun lien commercial avec les propriétaires des sites en question et n’est pas responsable du contenu.